Ancien grand reporter au journal L’Equipe, Jean-Pierre Rivais est un passionné de sport. A l’occasion du retour de l’AS Cannes au stade Pierre-de-Coubertin, il est allé à la rencontre de Johan Micoud, président du club, et Bernard Lambourde, responsable du pôle sportif. Une interview entre nostalgie et ambitions futures.

A eux deux ils totalisent 158 matchs avec l’AS Cannes. C’est dire s’ils ont connu de nombreuses émotions sous le maillot de leur club formateur.

Mais ce dimanche après midi (15 h) au stade Pierre de Coubertin où l’entrée sera gratuite, Johan Micoud, 43 ans, et Bernard Lambourde, 45 ans, vivront un nouveau moment fort. Cannes, dont ils président aux destinées depuis l’été dernier, retrouvera son enceinte fétiche après une longue suspension à l’occasion d’un match de DH d’une grande importance.

Johan Micoud. (Crédit photo : lequipe.fr)

Objectif montée

Co-leaders du championnat, les hommes de Samuel Delcroix et de Mickaël Marsiglia, les deux entraîneurs, recevront Gemenos le 4e. « C’est un tournant dans notre saison, dit Micoud. Un retour devant nos supporters que l’on a hâte de revoir après 13 rencontres disputées à l’extérieur. Et une rencontre face à un adversaire direct qui peut nous faire basculer sur autre chose. » Car l’objectif est clair : terminer premier du classement et monter en CFA2, point de départ d’une ascension que les deux dirigeants souhaitent régulière dans les années à venir.

Sous le maillot de l’AS Cannes (Crédit photo : oldschoolpanini.com)

Biberonnées dans les années 90 au sein d’un club qui faisait alors référence en la matière, Micoud et Lambourde veulent relancer la formation, s’appuyer sur ce qu’il ont connu sous la direction du duo Guy Lacombe-Richard Bettoni, faire en sorte d’allier la rigueur au spectacle, de combiner les résultats et le beau jeu et retrouver à terme, mais le plus vite possible, le monde professionnel. « On est fou, sourit Micoud. Mais on avait envie de rendre un peu de ce que Cannes nous a donné. C’est beaucoup grâce à ce club qu’on a eu ce parcours dans le football et qu’on en est là aujourd’hui. » « Quand on se voyait ces dernières années, on se disait qu’il fallait qu’on fasse quelque chose. Qu’on s’organise pour apporter nos idées et notre expérience. L’occasion s’est présentée. On y est allé. »

Un double retour naturel

Deux retours, pour Johan Micoud bien sûr, né à Cannes, qui se souvient qu’à 14 ans il était dans les tribunes du stade Pierre de Coubertin lors de l’accession en ligue 1 en 1987 et qui a participé sur le terrain à la remontée du club en 1993 puis à la deuxième campagne européenne marquée en particulier par une victoire 5-1 sur le terrain des Turcs de Fenerbahce. Mais pour Bernard Lambourde également, originaire de Pointe-à-Pitre, arrivé très jeune à Cannes et qui y a joué plusieurs saisons avant de revenir s’y établir une fois sa carrière de footballeur professionnel achevée.

Le premier doit encore composer avec ses activités à Bordeaux et à Paris quand le second est présent quotidiennement au club après avoir cédé son affaire, mais le binôme semble parfaitement fonctionner.

Jean-Pierre Rivais